Du maintien au soutien à domicile

 

Les statistiques sont sans appel : les Seniors veulent, à plus de 80 %, rester le plus longtemps possible “vivre chez eux”.

Mais, cela est souvent traduit par le terme “maintien à domicile”. Or, les Seniors demandent à vivre à domicile et non pas à être maintenus à domicile.

Cela sera, de plus en plus le cas, avec l’arrivée des Baby-boomers qui, comme je l’explique dans d’autres vidéos ou dans d’autres chroniques, vont vouloir continuer leurs activités, le plus longtemps possible. Soit aux antipodes de ce que nous appelons, actuellement, le maintien à domicile.

 

En effet, nous changeons de paradigme : nos aînés voulaient vivre le plus longtemps possible. Les Seniors d’aujourd’hui veulent vivre le plus longtemps possible en bonne santé. Les jeunes Seniors, que nous appelons également Baby-boomers, vont vouloir vivre le plus longtemps possible en bonne santé pour continuer à “faire”.

On pourrait même aller jusqu’à dire que le maintien à domicile “stricte” pourrait aggraver les problèmes de santé et accélérer une éventuelle dépendance chez les personnes âgées.

En effet, de plus en plus d’études indiquent que lorsque l’on maintient à domicile une personne âgée avec l’installation de “trop” de technologies ou d’outils palliant les actes de la vie quotidienne, cette personne âgée a tendance à perdre de plus en plus l’habitude de réaliser ses actions et perd de plus en plus en mobilité et en dextérité.

La frontière est fragile : si la technologie remplace trop les actes que peut réaliser une personne âgée pour se maintenir en bonne autonomie, c’est le risque d’accélérer une éventuelle dépendance. Si ces mêmes technologies ne remplissent pas suffisamment leurs bénéfices et leurs promesses, des accidents pourraient aboutir à une dépendance plus rapide.

Lorsque les professionnels de la Silver économie traduisent la volonté des Seniors de rester vivre le plus longtemps possible chez eux par le terme de “maintien à domicile”, on peut s’apercevoir que dans certaines réflexions, cela oriente ces mêmes professionnels vers des services ou des technologies qui vont, quelques fois, aboutir à maintenir la personne confinée chez elle.

 

D’ailleurs, le secteur de la téléassistance est en train d’évoluer. Après avoir proposé une télé assistance au sein du domicile, la grande majorité des téléassisteurs propose ce qu’ils appellent la “téléassistance mobile”. Autrement dit, ils offrent les mêmes prestations, mais en dehors du domicile, de façon à pouvoir permettre à leurs clients de rester mobile.

 

Au Japon, le pays le plus vieux du monde, après avoir pratiquement axé l’ensemble des actions vers des logements de plus en plus adaptés aux personnes âgées, voire ce que nous pourrions appeler “aseptisés pour les personnes âgées”, certains promoteurs proposent des logements avec des “obstacles” que la personne âgée doit pouvoir contourner pour se déplacer dans son logement. Ainsi, ces “obstacles”, qui sont conçus avec précision, permettent à la personne âgée de continuer la pratique une sorte d’exercice physique, de façon à pouvoir être maintenue, le plus longtemps possible, dans un niveau de santé, le plus élevé possible.

Les nouveaux Seniors veulent pouvoir continuer leur vie le plus naturellement possible. Pour cela, je pense qu’il n’est pas utile et même contre-productif de parler de “maintien à domicile”. Il serait souhaitable de parler de “soutien à domicile” ou “même d’un soutien ‘juste’ à la vie de la personne âgée”.

Il s’agit, non seulement, de développer des produits et des services qui vont permettre de garantir le plus longtemps possible, une bonne autonomie physique des personnes âgées, mais aussi de permettre aux Seniors d’être libres.

La liberté justement est une des valeurs essentielles chez les jeunes Seniors (qui ont pour les plus âgés d’entre eux 74 ans et qui sont nés après 1946). Au moment où nous fêtons mai 68, on ne peut s’empêcher de penser à ces baby-boomers qui commencent à vieillir et qui vont demander justement d’être soutenus et accompagnés pour continuer leurs activités.

À mon sens, nous allons passer de “maintenir” une personne âgée à domicile à “l’accompagner” dans ses activités. Ce que nous appelons le “maintien domicile” va progressivement changer de notion pour se transformer en “activité à part entière”. Le logement sera vécu comme une “activité” avec des loisirs, des activités et non plus comme un maintien à domicile avec tout ce que cela peut engendrer dans l’imaginaire de la Société et chez les professionnels qui s’intéressent à la Silver économie.

Si l’on parle de “soutien à domicile” lors des réflexions (et brainstorming) chez les professionnels de la Silver économie, au lieu de “maintien à domicile”, les réflexions sont chamboulées. On aboutit à des propositions de services et de produits nouveaux et disruptifs.

Passer du maintien domicile ou soutien à domicile, c’est tout simplement, permettre aux personnes âgées de vivre à part entière.